Agence la plus proche : Aucune agence n'a été trouvée.
Toutes nos agences

L’alcool au volant

26% des accidents mortels sont liés à l'alcool

En 2014, 3384 personnes ont perdu la vie sur les routes. Les 18-24 ans, sont majoritairement mortellement accidentés, durant le week-end, particulièrement le dimanche et le plus souvent de nuit et en rase campagne. L’alcool, les stupéfiants, la sur-occupation des véhicules, la vitesse, l’inexpérience de la conduite sont les principaux facteurs d’accidents. De plus, le mélange alcool et cannabis multiplie par 14 le risque d’être responsable d’un accident mortel.

Les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation, aux secours… Certains facteurs sont relevés systématiquement par les forces de l’ordre après qu’un accident a eu lieu : alcoolémie, choc contre obstacle fixe, conditions météorologiques.

Toutefois, l’alcoolémie positive d’un conducteur est présente dans les accidents causant 28% des tués sur la route. De plus, la vitesse excessive est la cause principale de 26% des accidents mortels.

Des sanctions sont mises en places et évoluent au fil du temps, cependant le nombre d’accidents ne cesse de croître.

 

Taux d'alcoolémie et risque d'accident

Sous l’effet de l’alcool, un  conducteur peut décider, devant un obstacle, de freiner sur une distance trop courte pour s’arrêter ou, devant un passage plus étroit que sa voiture, de passer quand même.

L’alcool diminue les réflexes.

La durée moyenne du temps de réaction  dans  des  conditions  normales  est  évaluée  à  une seconde environ.

L’alcool a un effet euphorisant. Il provoque une surestimation de ses capacités. Après 0,5 g/l de sang, la conduite devient plus heurtée qu’à jeun et le conducteur fait beaucoup plus d’erreurs.  Dès 0,5 g/l, le temps de réaction peut atteindre 1,5 seconde. Ainsi, un véhicule roulant à 90 km/h parcourt 25 mètres en 1 seconde et 37 mètres en 1,5 seconde.
Ce sont ces 12 mètres qui peuvent sauver une vie! Les temps de réaction augmentent considérablement avec des taux d’alcoolémie encore plus élevés
.

L’alcool provoque une surestimation de ses capacités. 

Sous l’effet de l’alcool, le conducteur a un comportement dégradé par rapport au conducteur sobre. Cela se traduit par une prise de risque plus  importante : vitesse excessive, agressivité, non-port de la ceinture de la sécurité ou du casque, réflexes diminués… 

Un sujet en bonne santé élimine 0,10 g à 0,15 g d’alcool par heure. Rien n’efface les effets de l’alcool : café salé, cuillerée d’huile… aucun  » truc  » ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.  

alcool-route-fin